Blog d’hôte: une façon de la liberté

10153804_10152341660629512_7052478198051587373_n

Passionné d’aventures et de voyages, j’ai eu envie de vous faire part de mon mode de voyages qui n’est pas commun…
C’est pourquoi j’ai le plaisir d’en parler et de vous le décrire. Je donne des idées, des techniques et des moyens pour que ceux qui veulent faire et vivre la même chose puissent entreprendre la même démarche que moi. Quand je n’ai pas de projets en tête, je ne me sens pas bien. C’est pourquoi, je cherche toujours à être actif, que ce soit physiquement ou mentalement.471519_10150699230699512_1108828895_o

Pour mes voyages, je privilégie la mobilité douce et si possible en autonomie. Je vais en général dans des endroits reculés et isolés. Ce sont la plupart du temps de grandes étendues sauvages. Paradoxalement, c’est l’hiver et le froid qui m’attirent le plus. J’y trouve d’ailleurs beaucoup d’avantages. Les endroits enneigés sont plus pratiques car je peux tirer une sorte de traineau dans lequel se trouve mon matériel. Pour boire, il suffit de faire fondre de la neige dans une bouilloire avec un réchaud. Il devient alors inutile de transporter de grandes quantités d’eau. Elle est à portée de main. De même, la neige fondue sert à faire la cuisine ou à ré-hydrater les plats lyophilisés que j’emporte avec moi. Le soir, il suffit de tendre sa tente en enterrant les piquets dans la neige et le tour est joué.

En revanche, ce genre de voyages nécessite un certain engagement, un peu d’expérience et qu’on s’y investisse pleinement. C’est pourquoi je voyage plutôt seul pour ne pas imposer mes contraintes à d’autres. Les conditions sont parfois rudes et la vie au jour le jour peut être précaire. Néanmoins, c’est un mode de vie qui me plaît, car il permet de se concentrer sur l’essentiel. C’est une sorte de retour aux sources où on réapprend à se contenter de peu. Cette parenthèse de vie que je m’impose me fait énormément de bien. Elle permet de sortir du quotidien dans lequel on suit des lignes toutes tracées sans savoir toujours pourquoi. Dans mes voyages, je suis seul à décider. C’est également des moments de grande liberté. Je choisis moi-même mon itinéraire, je m’arrête quand j’en ai envie pour installer mon bivouac. Il n’y a aucun code. Les seules contraintes que j’accepte sont celles que je m’impose.

sarek1

Je sais que beaucoup de gens veulent vivre des voyages-aventures,mais peu les réalisent et se contentent de les penser. Quand je discute avec eux, ils me disent que j’ai beaucoup de chance de pouvoir vivre ce type de voyage. Qu’est-ce que la chance à avoir la dedans ? La chance, c’est quand on gagne au loto. Moi je n’ai rien gagné. Au contraire, je me suis investi dans mon projet, j’ai passé du temps à le préparer et je me suis donné les moyens de le réussir. La chance n’a rien à y voir. En fait, j’ai osé me lancer pour vivre mes envies.

La plupart des gens n’osent pas se lancer, en général par peur, par manque de courage ou de confiance en soi. Ils pensent qu’ils n’y arriveront pas. Mais comment peuvent-ils le savoir puisqu’ils n’ont même pas essayé ! La plupart des gens sous-estiment leur capacité. Or, c’est quand on se met en situation et qu’on prend des risques qu’on se dévoile. On dit qu’il faut sortir de sa zone de confort pour se découvrir des capacités qu’on imaginait même pas. Alors j’ai fait un rêve dans lequel chacun se donnerait les moyens de réaliser ses envies.

J’espère que cette petite réflexion permettra à vos lecteurs de passer du rêve à la réalité…

 de François Quiquet

François Quiquet owns Un Monde d’Aventures, a website about the world of adventure and travel.

He is passionate about the great wild places and polar areas and traversed Greenland and Lapland on skis many times , alone and unsupported.